A propos de l’article de Libération

Publié le par valent

J’ai commencé à réagir au contenu de l’article sur le blog de Fred, mais je continue ici. En relisant à fond le papier, j’ai noté cette phrase, avec laquelle je ne suis pas d’accord du tout: «En tous les cas, dans ces conversations, elles n'ont pas à justifier leur mode de vie. «Là, elles sont entre soi, elles n'ont pas à justifier la façon dont elles occupent leur temps, à défendre le bout de gras», observe Dominique Maison. Ces nouvelles jeunes femmes au foyer «sont en général très déstabilisées par le regard que l'on porte sur elles». Elles y retrouvent des arguments pour se prouver qu'elles ont eu raison de faire ce choix de vie. «Elles pourront alors se tourner de manière plus vindicative vers les autres», celles que la société appelle les «actives». «On aime toutes la même chose», confirme Fred. «Là, elles ne prennent pas le risque d'être en présence de femmes qui ne partagent pas les mêmes valeurs», traduit Dominique Maison. Tout d’abord, difficile de dire d’Innamorata ou Fred, qui font de leur passion une véritable activité économique, que ce sont (uniquement) des «femmes au foyer». Deuxièmement, un certain nombre de blogs sont le fait de femmes qui travaillent ou font des études à côté et sont parfois (je parle pour moi) des féministes convaincues, et je ne vois donc pas bien pourquoi et comment opposer les bloggeuses aux femmes «que la société appelle les ‘actives’», qui ne «partagent pas les mêmes valeurs». Bon ceci dit, pour bien connaître le travail de journaliste, celle-ci a choisi d’angler son papier sur les «desperate housewives» à la française, qui ont abandonné avec joie leur travail de cadre pour s’occuper de leur petite famille et exposent leur bonheur (ou cherchent du soutien) dans leurs blogs respectifs. Je pense que ce n’est pas tout à fait faux, mais ce n’est qu’un aspect du phénomène...

Commenter cet article

Fanfreluches & co 08/04/2006 10:02

Je suis plutôt d'accord avec toi.. j'aime pas trop cette manie journalistique de vouloir nous faire rentrer dans des cases.. ou de surfer sur la mode des "desperate housewifes"..
Perso, effectivement, j'ai la trentaine, mais je bosse à plein temps et je n'ai pas d'enfants..
Dans mon entourage proche, y a pas trop de fans de couture, tricot et autres loisirs créatifs du même genre, donc mon blog me permet surtout de partager ma passion avec d'autres passionnées..

LupinLapin! 07/04/2006 23:44

Je viens de lire l'article et honnêtement je n'ai pas vraiment apprécié le ton employé, limite réducteur :(

jagounette 07/04/2006 19:06

Alors moi je suis où?
Dans les actives??? Je travaille à temps plein!!!
Dans les inquiètes??? J'adore bricoler et faire partager, je ne vois pas où est l'inquiétude!!
Dans les mères de famille? Oui, j'élève 3 enfants!!!
Encore de la sociologie vite faite et qui ne rime à rien, sinon peut-être aux hommes????

Lorelyn7 07/04/2006 18:58

J'avoue que j'ai été un peu choquée à la lecture de l'article : la sociologue dit que c'est une façon de se rassurer mais sa façon même de présenter les choses prouve qu'elle-même n'a pas beaucoup de sympathie pour ce choix. Personnellement quand je vais sur des blogs, je n'ai pas du tout l'impression de contempler des égos mais bien des créations qui mettent un peu de beauté dans le quotidien. Je n'ai d'ailleurs pas le sentiment que toutes les bloggeuses de notre genre soit des FAF de la trentaine. Bien sûr la journaliste a du choisir un angle mais je trouve que l'article a quand même une tournure déplaisante. Peut-être que c'est elle l'active qui se sent agressée (?) par le mode de vie de ces femmes.

listelle 07/04/2006 18:35

moi non plus je ne suis pas d'accord avec ces phrases... plus que de m'enfermer dans un cocon sécuritaire, j'ai le sentiment que mon blog et les échanges qui en découlent m'ouvrent aux autres ("actives" et "actifs" aussi ou non...), et me fait oser des choses...